02
juin
Coaching / 1 Commentaire(s)

Est-il besoin de rappeler la citation de Voltaire ?

Apparemment oui; car chaque jour je reçois des personnes épuisées, stressées, renfermées…en panne. Il sont hors-circuits !

Le bonheur comme antidote à la maladie ? Evidemment ! tout nous le prouve aujourd’hui. D’ailleurs, à l’origine de la maladie c’est bien souvent le “mal à dire” ; cela sous entend qu’il est essentiel de ne pas taire nos rancoeurs, nos colères mais au contraire de les libérer ; Dire nos émotions, combler nos besoins, exprimer nos désirs; Et surtout: respecter nos limites.

Le lien entre le stress et nos maux physiques et psychiques n’est malheureusement plus à démontrer : cancer, dépression, maladies de peau, hypertension, maladies cardiaques, etc…

Et dans le milieu professionnel, un nouveau fléau mondial a vu le jour : le Burn-Out; né de nos sociétés capitalistes où compétitivité rime avec productivité, la charge de travail ne cesse de croître et l’humain est mis à mal. Nous connaissons tous au moins une personne dans notre entourage touchée par ce fléau quand il ne s’agit pas de nous-même.

Ce mécanisme d’épuisement est sournois car il nous ronge de l’intérieur, prenant place progressivement; Et comme notre “façade” tient bon, nous continuons et nous puisons dans nos réserves d’énergies sans nous en apercevoir. Entraînés dans un courant de maux, nous descendons vers les abîmes (=on s’ “abime”) : dépression, accident de voiture, maladie irréversible….suicide en cas extrême.

Pourtant, il est possible de s’en préserver.

Prenons l’image d’un bateau que serait notre corps (incluant le mental puisqu’ils fonctionnent en lien) et le capitaine à bord serait : nous, bien-sûr ! Qui d’autre pourrait aussi bien le gérer et le diriger ? Un capitaine connaît son embarcation dans les moindres recoins: il en prend soin, l’entretient car il sait que sa survie en dépend;  Et à la moindre fissure il colmate évitant ainsi les grosses réparations plus coûteuses dans tous les sens du terme.

Estimez-vous, à sa juste valeur, votre “embarcation” et son bon état de marche ??

Voici quelques conseils en 4 étapes, pour prévenir plutôt que guérir ! :

  • S’écouter et savoir reconnaître les alertes que votre corps et/ou le mental vous envoient : être attentif aux premiers symptômes et ne pas les négliger. En cas de doute, échanger avec vos proches, demander des avis extérieurs et des conseils auprès de professionnels.
  • Se réserver un sas de décompression, un espace quotidien de calme, de détente pour recharger les batteries et retrouver des idées claires. Les solutions vous apparaitront alors de façon évidente (moyens: méditation, respiration, activité sportive, loisirs en tout genre, relaxation corporelle (massages, yoga) et spirituelle (détente du mental, retraite silencieuse, etc ..)
  • Délester votre quotidien: faites un tri dans vos obligations et engagements quotidiens; diminuez le rythme: sachez communiquer vos difficultés et vos souffrances; autorisez-vous à dire Stop ! Notamment dans les demandes de votre entourage professionnel et personnel.
  •  Gardez le cap: restez attentif sur le long terme pour ne pas retomber dans les mêmes problématiques. ne vous laissez plus embarquer sur d’autres rives: maintenez votre direction en vous calant sur vos objectifs, vos besoins fondamentaux et vos valeurs; restez-vous même en toutes circonstances en votre âme et conscience.

Choisissez-vous, heureux !

 

 

 

Posted by:Florence Blanchard
09septembre
Florence Blanchard / Coaching / 0 Commentaire(s)
07juillet
Florence Blanchard / Coaching / 0 Commentaire(s)
1 Comment

Comments

maman / 10 juin 2017, 14 h 15 min   Répondre

Très bon article comme toujours, avec plein de conseils qu’il faudrait mettre en pratique mais pas si simple de se garder du
temps pour soi et de s’y tenir surtout. Affectueux baisers Maman

Leave a reply

error: Content is protected !!